THIBAULT LIGER BELAIR
ThibaultLigerBelair
Vins
Blog
Carnet
Contact
FranÁais
Jancis Robinson Purple page 13/12/2011

Dom Thibault Liger-Belair, Les St-Georges 2006

16 Dec 2011 by Jancis Robinson

From ¬£49.50, $69.90, ‚ā¨60, 9,428 yen, HK$1,043

Find this self-indulgent wine

'Tis the season to treat yourself to something special, and reliable, well-thibault_lb_st_georgesdistributed red burgundies that are ready to drink do not grow on trees.

Thibault Liger-Belair (pictured) - the rather more, ahem, substantial Liger-Belair, as opposed to Vosne Romanée's Prince of Belair - is lucky enough to own almost a third of the 7.5 ha premier cru Les St-Georges, the jewel of Nuit-St-Georges (which was named after it, after all). Indeed, local gossip is that it will be officially elevated to a grand cru soon. Jump in before the wines are priced at grand cru level!

Like all Thibault Liger-Belair's vineyards, this has been Ecocert-certifed organic for some time and is always one of his big successes.

He does not make light wines. But nor are they ridiculously overweighted by oak. They are agreeably plump. I have tasted Dom Thibault Liger-Belair, Les St-Georges Premier Cru 2006 Nuits-St-Georges at least five times now, most recently in a blind line-up of premier cru and grand cru red burgundies, and scored it 17.5, writing, 'Rusty ruby colour. Like a heady fruit cocktail on the nose. Sweet start and very charming. Just ready to drink and drenched in easy-to-appreciate red fruit flavours.' I think it will have many delicious years ahead of it but it would be absolutely stunning with any special meal, especially one featuring roast turkey, over the coming weeks.

It is worth noting, however, that this wine has consistently shown well, whether during the en primeur tastings in early 2008 or in the much less forgiving context of the blind tastings of 2006 burgundies that I undertook in Beaune a couple of years ago.

Thanks to Thibault's unusually extensive holding, you can find this wine with several merchants in the UK and the US as well as widely in Europe and Asia. Best price of all seems to be chez Lea & Sandeman, who underprice Berry Bros by quite a margin.
Here are details of his distributors.

Auteur  Thibault Liger-Belair le 19/12/11 dans  D√©gustations Commentaires  0 commentaire
Burghound.com Allen Meadows - Issue 41
Burghound.com  Allen Meadows - Issue 41
Auteur  Thibault Liger-Belair le 29/04/11 dans  Commentaires  0 commentaire
Jancis Robinson Janvier 2010

 

Les Grands Chaillots 2008 Bourgogne 15.5 Drink 2011-2014
Liqueur cherries on the nose. Fine, dryish tannins. Pretty tight and rather dry on the finish. (JH)
£135 ib OW Loeb

 La Charmotte 2008 Nuits-St-Georges 16 Drink 2012-2017
Not much nose. Mid crimson. Bright cherry fruit. A bit solid. Very raw finish.
£285 ib Lea & Sandeman

 Aux R√©as 2008 Vosne-Roman√©e 17.5 Drink 2012-2018
Racy Vosne fruit and lushness and some real excitement here. Well done!
Also tasted 14 Jan 2010. Score 16. Drink 2013-17:
Smells a little cooked. Correct but a little bit raw. Chewy end. Not very comfortable but obviously lots of honest effort in here. Lots of substance.
£360 ib Lea & Sandeman, £372 ib BBR

 La Toppe au Vert Premier Cru 2008 Aloxe-Corton 16.5 Drink 2012-2018
Nose is inviting and almost exotic, a little spiced, nicely aromatic. Then unexpectedly juicy and fresh-faced on the palate. Silky, fresh and long. (JH)
£298 ib OW Loeb

 Les St-Georges Premier Cru 2008 Nuits-St-Georges 17 Drink 2013-2019
Racy and lively and silky. But a bit chunky and solid and savoury.
£486 wood case of 12 ib Lea & Sandeman

Grand Cru 2008 Richebourg 18 Drink 2013-2020
Very sweet and gorgeous and fresh and lively. Transparently non heavy but convincing. Lovely fresh finish. Nervy.
£1,638 for 6 ib Lea & Sandeman

Grand Cru 2008 Clos de Vougeot 16.5+? Drink 2014-2018
A little reduced. Fizzy, not really sufficiently settled to assess. Racy and tough.
£330 for 6 ib BBR

Auteur  Thibault Liger-Belair le 26/01/10 dans  2008 Commentaires  0 commentaire
Clive Coates M.W janvier 2009
you'll find in this link the last article from Clives Coates: http://www.qrw.com/08winter/burgundy.htm
Auteur  Thibault Liger-Belair le 19/03/09 dans  Revue de Presse Commentaires  0 commentaire
Stephen Tanzer tasting notes 2006 2007

When I told Thibault Liger-Belair that I was particularly impressed by the pungent minerality of his 2007s and 2006s, he agreed that his wines are getting more energy and precision but couldn't really explain why. After some reflection, he mentioned that he has put a lot of effort into forcing the roots deeper and that this might well be the explanation. He noted, for example, that there are about 30 centimeters of dark clay soil over calcaire in his Nuits-Saint-Georges La Charmotte vineyard, and that even in vintage 2005 he was not able to get much minerality out of this site. Liger-Belair did a painstaking ten-day pass through the vines in 2007 to reduce the crop load and aerate the grapes, and for that reason it was necessary to do less sorting at harvest time than in 2006. He carried out a very gentle vinification in 2007, using infusion to extract what the grapes had to offer before the temperature of the must rose much above 28oC. He views the wines as dense and opulent, with round tannins. In contrast, the 2006s are more austere, tannic wines. "They show the finesse of pinot but with rigor," he told me. (Vineyard Brands, Birmingham, AL)

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Hautes Cotes de Nuits La Corvee de Villy

(picked on September 18 and 19, at 13% natural alcohol) Minerally nose. Juicy, spicy flavors of minerals and leather. Offers very good cut and precision, not to mention intensity. Finishes firm, pure and persistent.

87-88

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Nuits Saint Georges La Charmotte

Medium red. The nose screams out chalky minerality. Pungent, energetic flavors of sweet red fruits, spices and minerals. Begins a bit narrow, then spreads out nicely on the back half, finishing with a whiplash of flavor and sweet tannins. This will be very easy to drink. (A Gevrey La Croix des Champs, from vines Liger-Belair took back in 2006, seemed rather shallow and dry.)

88-90

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Aloxe Corton La Toppe au Vert

(Liger-Belair buys grapes; 30% vendange entier Medium red. Smoky redcurrant and tobacco aromas, with a slightly exotic aspect. Supple and sweet, with ripe, nicely integrated acidity leavening the almost decadent flavors of redcurrant, smoke and earth.

86-89

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Chambolle Musigny Les Gruenchers

Palish red. High-toned, oaky aroma of raspberry liqueur; Liger-Belair maintained that the volatility will disappear when the wine is racked. Round and fat but a bit heavy. Horizontal rather than vertical wine. I may have caught this on a bad day.

86-88?

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Corton Rognet

Good medium red. Sexy red fruits and spices on the slightly high-toned nose. Suave, lush and fine-grained, with a round texture enlivened by finishing minerality. Elegant and very 2007 in style. Liger-Belair describes Rognet as "premier cru-quality grand cru."

88-91

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Vosne Romanee Aux Reas

(50% vendange entier Good bright, deep red. Reduced aromas of raspberry and smoked meat; not yet pristine. Sweet and round but with a lovely mineral underpinning to the pungent herb and spice flavors. Dense for village wine, but with a rocky, vibrant impression of calcaire Just a tad tough on the back end today.

87-89

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Corton Renardes

(vinified entirely with its stems) Medium red. High-toned exotic fruits, smoked meat, mocha and game on the liqueur-like nose. At once suave and firm, with terrific complexity to its spicy dark fruit flavors. This is 14% natural alcohol but does not come off as warm or heavy. On the contrary, it's a chewy, crunchy wine with a serious backbone for aging. If Rognet should be premier cru, as Liger-Belair suggests, this has real grand cru depth.

90-93

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Nuits Saint Georges Les Saint Georges

(destemmed) Good full red. Cool aromas of black fruits, violet, menthol and mint. Spicy, juicy and penetrating, with lovely fresh acidity framing and lifting the cassis, blackberry, mineral and floral flavors. Wonderfully pure, perfumed wine with terrific energy and length. Liger-Belair ranks this with the '05 as his best vintage from these vines.

90-93

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Clos Vougeot

(entirely destemmed) Good bright, deep red. Very closed on the nose. Then suave and fine-grained but quite high-pitched in the mouth, conveying medicinal and mineral elements and very little obvious sweetness. Finishes with rather powerful tannins that make the wine hard to taste today despite its obviously strong underlying material.

89-92?

2007 Domaine Thibault Liger-Belair Richebourg

Good deep red. Brooding cassis and raspberry aromas are lifted by a pungent minerality. Dense, sweet and powerful, conveying an impression of great concentration and energy. Not yet exuberant in the middle palate but explosive on the very long aftertaste, coating the cheeks and molars with flavor. This boasts great vivacity for the vintage.

92-95

2006 Domaine Thibault Liger-Belair Nuits Saint Georges La Charmotte

($68) Good medium red. Redcurrant and smoke on the nose. Sweet and lush but with a firm mineral underpinning giving it shape. Finishes with solid tannins that call for some patience.

87(+?)

2006 Domaine Thibault Liger-Belair Vosne Romanee Aux Reas

($88) Good deep red. Reticent, slightly high-toned nose conveys a menthol, medicinal character; smells austere. Offers good juicy cut and verve on the palate but currently comes across as rigid, with mouthcoating tannins calling for at least five or six years of cellaring. Liger-Belair bottled this in January of 2008, which he believes may have been too early.

88(+?)

2006 Domaine Thibault Liger-Belair Nuits Saint Georges Les Saint Georges

($115) Good, bright medium red. Sexy high-toned aromas of small wild red fruits, minerals, game and faded rose. Much sweeter and broader in the mouth today than the Reas, which is hard by comparison. Impressively deep, dense wine with a long, ripe finish featuring lingering notes of red fruits, spices and mocha.

92

2006 Domaine Thibault Liger-Belair Clos Vougeot

($164) Good full red. Reticent aromas of spicy red fruits, fresh herbs and leather. Dense but juicy, with good purity of flavor. Not exactly open for business but easier to taste than the young 2007 version. Finishes long and scented, with lovely cling and minerality.

91(+?)

2006 Domaine Thibault Liger-Belair Richebourg

($417) Good deep red. Highly nuanced nose combines cassis, black cherry, violet and bitter chocolate. Dense, solid and sweet but with superb mineral cut giving the mid-palate a suave weightlessness. This very serious, soil-driven grand cru really saturates the palate with black and blue fruit flavors and excites the taste buds on the very long finish. The tannins are wonderfully broad.

94
Auteur  Thibault Liger-Belair le 16/03/09 dans  Mill√©simes 2007 Commentaires  0 commentaire
Wine spectator, september 10, 2008

Vosne Romanée "aux Réas" 2006 91 points

An elegant red, marked by new oak, along with pure black cherry and blackberry notes. It starts out smooth, turning slightly astringent at the end, but there's lot of sweet fruit so give it some time to integrate, best from 2010 through 2015
Auteur  Thibault Liger-Belair le 23/09/08 dans  Mill√©simes Revue de Presse Commentaires  0 commentaire
Clive Coates MW Septembre 2008
2005 RED  BURGUNDY
Nuits Saint Georges 1er cru « Les Saint-Georges », 2005

Medium-full colour. Refined, fragrant, classy nose. Not the volume of some of these middle Nuits-Saint-Georges, but has medium to medium-full body and lovely succulent fruit and very good grip. Fine. Now 2014. 17.5

Richebourg, 2005
Full colour. Closed in nose. But there is plenty of fruit and substance here. Slightly adolescent at present – like most of the rest it improved significantly in thr glass – but rich and concentrated and full and profound. Very good grip. Needs time. Very fine. From 2017. 18.5
Auteur  Thibault Liger-Belair le 23/09/08 dans  Mill√©simes Revue de Presse Commentaires  0 commentaire
Wine Spectator 6 aout 2008

Corton Les Renardes 2006

91 points

Lush and toasty, this red delivers smoky black cherry, spice and mineral aromas and flavors. There’s concentration and grip behind the oak, so be patient. Fine length. Best from 2010 through 2020.—B.S.

Auteur  Thibault Liger-Belair le 09/09/08 dans  Mill√©simes Revue de Presse Commentaires  0 commentaire
le millésime 2006

2006
le Pinot sauvé des eaux


Encore une fois nous sommes sauvés, à croire que la Bourgogne porte vraiment bien son nom de "Terroir bénis des dieux". Car, après se qu’on connait du millésime 2005, qui n’a plus rien à prouver aujourd’hui, il était forcément difficile de suivre derrière. C’est d’ailleurs, je pense, le seul défaut de 2006.
Car voilà un millésime intéressant ! On dit que c'est quand la vigne souffre qu'elle donne le meilleur d'elle-même, et bien cette année, la nature ne lui a pas fait de cadeau.

Les conditions Climatiques 

Je ne veux pas vous faire un état des lieux du climat car vous trouverez cela dans tous les bonnes revues et sites Internet qui vous donneront une vision précise, graphismes à la clé, des températures et de l’hygrométrie de ce dernier millésime. Mais je veux simplement vous donner les quelques grandes lignes qui ont marqué l'année et qui ont surtout eu de l'influence sur le raisin.
Vous me direz que tout a une importance sur le raisin final, mais certains points vont être déterminant pour le millésime qui est en train de naître surtout pour celui-ci ou la météo s'est plutôt montrée capricieuse.

Entre hiver rigoureux et été caniculaire
On a l'impression, ces dernières années, que les conditions climatique de chaque millésime s'opposent souvenez vous : 2003 très chaud et sec, versus 2004 plutôt froid et humide et 2005 avec la sécheresse de juillet et d'août qui ont entraîné des blocages de maturation (par manque d’eau), vous comprendrez ainsi que 2006 était plutôt humide.
Tout d'abord, nous avons eu beaucoup de mal à sortir de l'hiver. Les bourgeons sortaient timidement en avril osant à peine se montrer, donc forcément : retard dans les vignes début juin. Puis, à nouveau grand soleil voir canicule les quinze derniers jours de Juillet donc les vignes étaient de nouveau en avance. Je pense pour ma part que ce sont ces quinze derniers jours de juillet qui ont été primordiaux pour la structure du millésime.
En effet on parle souvent de la maturité, mais qu'est ce que cela veut dire ? Je considère qu'il faut dissocier la maturité en sucre de la maturité phénolique. Nous parlons de maturité en sucre quand nous considérons avoir obtenu un degré potentiel en alcool suffisant. Mais cela ne vaut rien si le taux de sucre n'est pas en rapport avec la vraie maturité, celle qui va apporter la structure et la richesse aromatique de nos vins: je parle de la maturité phénolique. Pourquoi ce décalage? Il se trouve que les pratiques culturales et l'utilisation de certains produits, notamment les antipourritures, vont agir sur la structure de la pellicule du raisin en l'épaississant et en modifiant sa paroi. Les années où la maturation est plus difficile et où chaque rayon de soleil compte, la pellicule aura plus de mal à mûrir et à se charger en éléments nécessaires à la structure des vins. Je rappelle que 99% des raisins rouges sont à jus blanc et que c'est dans la peau que se trouve toute la future structure de nos vins.
Du sol à la vigne
Grace à notre travail constant et opiniâtre en recherchant sans cesse l'équilibre entre les différents éléments du sol, nous pouvons déjà constater une grande amélioration dans sa structure.
 Il y a les observations théoriques qui nous montrent des sols granuleux souples, qui sont les témoins d'une vie microbienne, et puis il y a les observations pratiques:
·Lors de fortes précipitations ou d'orages on se rend compte que le sol produit deux phénomènes: d'une part il absorbe bien l'eau en la drainant et d'autre part il y a beaucoup moins de ravinement. Ce qui témoigne nettement d’une bonne tenue et d’une bonne perméabilité des sols.

·On remarque également un net changement de couleur qui est passé du gris au brun rougeâtre. Cette modification de couleur prouve, à l'évidence, une augmentation de la vie microbienne des sols, mais cette modification est très utile pour le réchauffement des sols, car un sol brun se réchauffera mieux qu'un sol grisonnant.


·La biodiversité des herbes enrichit nos sols, car chaque plante a son utilité, elles vont absorber dans l'air des éléments que le sol ou la vigne ne pourront pas absorber, et vont le restituer au sol.

En effet, nous pouvons déjà observer une biodiversité sur le sol qui nous indique que la terre reprend vie, que toutes ces années de désherbant et de négligence d’un travail raisonné du sol sont en train de s’effacer au profit d’une vie microbienne.
 

Vendange et vinification 

Nous avons décidé cette année de commencer les vendanges le 21 septembre par les Saint-Georges.
Le challenge de ce millésime était : l’obtention de la maturité optimum mais également l’état sanitaire des raisins. Au moment de la prise de décision pour la date de début vendange nous sommes toujours confrontés dans les années un peu délicates a trouver le meilleur compromis entre maturation optimale et état sanitaire.
Je pense que notre métier réside à 80% sur l’obtention des meilleurs raisins, c’est pour cela que les semaines qui précèdent les vendanges sont primordiales.
 La réussite de ce millésime résidait également dans le soin apporté au tri de la vendange, car c’est la dernière opération sur laquelle on peut encore faire une intervention sur le raisin. La particularité des grappes cette année est qu’elles avaient souffert de l’humidité du mois d’août ce qui a commencé à provoquer la pourriture sur la partie inférieure de la grappe. Cette pourriture à été stoppée grâce au temps sec et venté du mois de septembre. Les grappes étaient donc très mûres avec l’extrémité inférieure abîmée, Nous avons donc trié chaque grappe pour ne laisser que le meilleur.
J’ai senti dans ce millésime qu’il fallait vinifier très en douceur. Je considère que chaque raisin a un potentiel qu’il sera capable de donner pendant la macération et c’est ce potentiel qu’il faut exploiter. Le problème c’est qu’on va souvent trop loin, car la facilité des techniques modernes nous permet d’en faire toujours plus, mais souvent en allant chercher des éléments qui ne sont pas favorables à l’équilibre de nos vins.
Pour les vinifications, j’ai essentiellement travaillé mes cuves (remontage et pigeage) au début de la vinification à des températures allant de 15 à 27 °c. Je travaille pendant cette période car je trouve que l’on extrait des arômes plus fins et des tanins plus ronds, les vins ne manquent pas de structure mais ont de la finesse et de la longueur. Chaque millésime a son caractère propre et il faut le respecter sans vouloir aller chercher ce qu’il n’y a pas car on aboutit toujours au final à une situation de déséquilibre.


Premières impressions des vins du millésime 2006

>      Bourgogne "les Grands Chaillots"
Récolté à un rendement de 25 hl/ha ce Bourgogne est concentré avec toujours beaucoup de finesse sans manquer de structure.

>    Hautes-Côtes de Nuits "la Corvée de Villy"
Nous commençons à voir le fruit de notre travail sur cette parcelle situé sur le plateau de Chaux sur les Hauts de Nuits Saint Georges. Cette vigne est plantée sur la roche primaire calcaire qui a formé la côte en se dégradant. On trouve une proportion faible de terre par rapport à la roche qui par endroit affleure la surface.
Nous avons récolté des vins avec une très belle maturité qui donne un « Hautes Côtes » riche et souple avec une très jolie minéralité qui lui apporte de la fraîcheur en fin de bouche.

>     Hautes-Côtes de Nuits "le clos du Prieuré"
Récolté le 15 octobre nous avons attendu que la maturité aboutisse, car cette vigne avait du retard par rapport aux autres parcelles. De plus, un souci de maladie sur le feuillage nous a prolongés cette période. Nous avons donc un millésime plus sur la fraîcheur, le fruit rouge est très présent, c’est un vin gourmand et friand qu’il faudra boire dans les 2 ans.

>     Nuits-Saint-Georges "la Charmotte"
Nous commençons à toucher du doigt cette parcelle, car le vin chaque année gagne en richesse et en minéralité. Plus les racines plongent profondément dans la terre plus ce vin prend de la définition.
C’est une très belle représentation du Nord de l’appellation, avec de la richesse en fruit mêlée à une jolie matière qui offre un bel équilibre.
Je pense que nous venons de passer un cap supplémentaire avec cette vigne.

>      Vosne Romanée "aux Réas"
Toujours superbe, très belle maturité grande finesse des arômes, la minéralité compense à merveille la richesse du vin en offrant un équilibre rarement obtenu et une acidité en final qui lui apporte de la tenue et de la longueur.

>      Corton "les Rognets"
Toujours beaucoup de souplesse dans ce vin, il est très différent du Corton Renarde, car il exprime toujours beaucoup de rondeur et de suavité pour le terroir de Corton.

>      Corton "les Renardes"
C’est un vin long et racé qui se présente cette année, on a l’impression à chaque dégustation de le découvrir un peu plus. Il est à la fois rond et structuré, avec un très joli équilibre tout au long de la dégustation, qui se termine par une longueur superbe.

>      Aloxe Corton 1er cru  "la Tope au Vert"
C’est toujours un vin très en finesse. La première impression est une impression de légèreté sans aucune maigreur, mais le vin surprend par sa tenue en bouche.

>     Chambolle Musigny 1er cru "les Gruenchers"
C’est toujours la parfaite expression des Chambolle-Musigny souple et suave, avec un vin qui tapisse le palais sans oublier un coin de votre bouche. Le fruit noir est très présent relevé par une pointe acidulée en final qui fait tenir le vin en bouche.

>     Nuits-Saint-Georges 1er Cru"les Saint Georges"
Toujours d’une très belle maturité, nous retrouvons cette année plus de finesse, mais toujours avec l’identité des Saint-Georges qui se caractérise par une finale plus ferme.
Le potentiel est superbe toujours à la hauteur des Grands crus de la Côte de Nuits, d’ailleurs nous comptons le présenter, pour qu’il obtienne la classification de Grand cru, mais cela devrait prendre un peu de temps.

>      Clos Vougeot
Nous avons encore l’impression d’avoir fait un pas de plus avec les Clos Vougeot, et que la terre commence à se remettre des erreurs passées, Le vin a gagné en minéralité et en finesse, avec une belle présence de tanin mais sans aucune agressivité. On sent bien qu’on touche les terroirs de Vosne-Romanée.

>      Richebourg
Encore sur la retenu aujourd’hui ce vin ne commencera à exprimer son potentiel pas avant quelques mois, mais il suffit qu’on le fasse parler en l’aérant et en le carafant plusieurs fois pour qu’il s’exprime et alors là, c’est le bonheur…

Voilà un millésime qui a fait couler beaucoup d’encre, je dirais que son seul défaut est de passer après 2005, mais quelle finesse et quelle subtilité.
Pour ma part, j’ai plus d’affinité avec ce millésime que 2005 car c’est une des plus belles expressions des terroirs du domaine que j’ai pu avoir depuis mes débuts.

 

Auteur  Thibault Liger-Belair le 09/07/08 dans  Mill√©simes La Vigne Commentaires  1 commentaire
DECANTER award Winners *****

Le Nuits Saint Georges 1er cru "les Saint Georges" 2005 ainsi que le Nuits Saint georges la Charmotte 2005 ont reçu 5 étoiles dans le DECANTER de Juin.

Auteur  Thibault Liger-Belair le 11/06/08 dans  Mill√©simes Revue de Presse Commentaires  0 commentaire
Thibault Liger Belair, une histoire pérenne, une terre díexception, une exigence de qualité, la vigne, la vinification, une sélection rigoureuse, Domaine Thibault Liger Belair, Richebourg,
Clos-Vougeot, Nuits-Saint-Georges 1er Cru "les Saint Georges", Vosne-Romanée 1er Cru "les Petits Monts", Vosne-Romanée "aux Réas", Nuits-Saint-Georges "La Charmotte",
Gevrey-Chambertin "la Croix des Champs", Bourgogne "les Grands Chaillots", Hautes-Côtes de Nuits "le Clos du Prieuré", Hautes-Côtes de Nuits "la Corvée de Villy",
Thibault Liger-Belair Successeurs, Corton "les Renardes", Corton "les Rognets", Aloxe-Corton 1er cru "la Toppe au Vert", Chambolle Musigny 1er cru "les Gruenchers", blog, dégustations, millésimes, revue de presse, voyages, la vigne, carnet d'adresses, restaurants, cavistes, importateurs, contact, visites, photos, vidéos, Culture biologique, Ecocert, Biodynamie.